Quelques Témoignages

Développement durable, citoyenneté

  • "Comme à chaque fois, cela m’amène à réfléchir davantage à l’impact de ma consommation sur l'environnement et me donne l’envie de pousser plus loin dans l’engagement en tant qu’écobénévole mais aussi dans la vie quotidienne (manger, consommer bio et local, l’eau, les déchets)." (chantier Ambel)
  • "J’ai pu prendre encore plus conscience notamment de la surconsommation de l’eau dans la vie quotidienne, j’y ferais plus attention à l’avenir." (chantier ambroisie)
  • "J’essaierai si possible de faire encore plus d’économie d'énergie. Je vais également m’engager dans des association locales (Nord) de protection de la nature, faire tout ce que je peux à mon échelle pour aider l’environnement et je compte bien revenir aider Mille Traces et A pas de loup dans leurs missions futures." (chantier Chouette de Tengmalm)
  • "Je pense continuer à avoir ce regard concernant les problèmes écologiques qui touchent notre société, et essayer de faire changer les mentalités des gens qui auraient encore du mal avoir à devenir des citoyens responsables." (Mission village des tortues)
  • "J’avais déjà quelques initiatives écologiques dans mon quotidien grâce à ce chantier j’ai envie d’aller plus loin. J’ai appris de nouvelles choses (toilettes sèches) et j’ai envie de les assumer." (chantier Chouette de Tengmalm)

Trouver sa voie

  • "Fondamentalement cette expérience a renforcé mes ambitions professionnelles futures : la création d’un centre de sauvegarde pour passereaux. Mon projet est plus clair et j’ai pris connaissance des exigences qui en découlent, j’ai directement fais face à la réalité du terrain." (Mission Centre de Buoux)
  • "J’ai l’envie de poursuivre la vie en campement autonome, de découvrir davantage la Drôme. Les chantiers renforcent mon envie de vivre proche de la nature, plus simplement et en accord avec mes convictions. Le campement et la rencontre avec Michèle et Vincent contribueront à me faire sauter le pas. Cette immersion totale m’a remué positivement." (Chantier chauves-souris/Alpagas)
  • "J’avais un stress pour mon avenir professionnel mais après les échanges avec les intervenants sur leur parcours, je relativise : il y a une grande diversité de métier et de la place pour tout le monde." (Chantier marais des Bouligons)

Rupture avec le quotidien

  • "J'ai beaucoup apprécié le contact avec les chèvres et de prendre soin d'elles. De même, j'ai beaucoup aimé rencontrer les personnes du village et les collègues de Franck avec lesquels j'ai pu échanger sur leurs vies et l'histoire du village. Participer à leur quotidien au cours de cette semaine m'a permis de découvrir la vie au sein d'un milieu naturel difficile : cet écovolontariat m'est apparu comme une expérience d'altérité." (Soutien au monde Pastoral)
  • "C’était ma première approche d’une exploitation animal et de l’agriculture. Pendant ce mois, j ‘ai vu le fonctionnement d’une ferme biologique, comme le fabrication de fromage, le nourrissage et le traite des chèvres etc. Et j’ai beaucoup apprécié l’accueil chaleureux des gens à le ferme." (Chèvrerie)
  • "Nous avons beaucoup apprécié les échanges avec Corinne et François sur nombre de questions : leur mode de vie est exemplaire à tous points de vue. Nous avons pris conscience en partageant leur quotidien qu’il était possible aujourd’hui de vivre simplement, en accord avec la nature tout en étant ouvert aux autres et en goûtant pleinement aux plaisirs de la vie." (Soutien au monde pastoral)

Vie en collectivité

  • "L’échange avec les autres volontaires sur leurs habitudes en terme de consommation responsable m’a beaucoup apporté" (chantier ambroisie)
  • "J’ai aimé le groupe, c’est une chouette expérience de parler avec des gens d’un autre pays" (Pelouses sèches)
  • "Nous sommes arrivés à créer une communauté en se nourrissant des différences des uns et des autres" (Chantier marais des Bouligons)
  • "C’est une expérience qui laissera de très bons souvenirs, de nombreux rires, des rencontres inoubliables. Ce qui était bien, c’est de se sentir bien au sein du groupe, de ne pas ressentir de hiérarchie. J’ai envie de communiquer cette expérience à mon entourage." (Chantier marais des Bouligons)

Transmission de connaissances

  • "D’une manière générale je peux dire avoir été comblée par mon expérience, m’être réalisée dans ce court laps de temps de deux mois. Je tiens à remercier Kathy qui m’a bien accompagnée et conseillée dans mon projet et m’a orientée en douceur. Qu’elle continue à donner le maximum de responsabilités aux écovolontaires et sa confiance. Ça ne fait que renforcer notre autonomie et nos capacités à optimiser les chances de survie des pensionnaires. Le privilège de pouvoir manipuler les rapaces nous- même m’a absolument fascinée !" (Mission Centre de Buoux)
  • "Ce fut une magnifique expérience pour moi, même si la majeure partie des éco-volontaires avaient 20 ans de moins que moi. J’ai beaucoup apprécié la volonté de la part de la SOPTOM de nous faire partager ses connaissances et je suis heureuse d’avoir pu approcher le fonctionnement d’une association de conservation d’une espèce animale. J’ai vu des choses que je n’aurais jamais eu l’occasion de voir (le départ de 7 tortues sulcatas au Sénégal, la ponte d’une tortue pardalis la nuit…" (Mission village des tortues)
  • "Étant issu de la ville et ne connaissant presque rien à la nature, j’ai découvert ce qui nous entoure, pris conscience des enjeux liés à la préservation de l'environnement, j’ai aussi découvert des métiers." (Chantier marais des Bouligons)

 

 

Modalités d'inscription

Pour participer à l'un de nos programmes, vous devez être adhérent(e) à Volontaires Pour la Nature. Il est possible, sur demande, que votre adhésion soit encaissée seulement si votre dossier est accepté (voir fiche d'inscription).

Pour cela, il vous suffit de remplir le bulletin d'adhésion en ligne.
Vous pouvez ensuite téléchargez la fiche d'inscription, la remplir et nous la retourner par mail à :

- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour les chantiers nature VPN

- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour les missions à la ferme

- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour les missions à l'étranger

 

Une confirmation de votre inscription vous sera adressée par mail.

Nous vous prions de nous envoyer votre dossier d'inscription par courrier : fiche d'inscription, chèques (participation, adhésion, caution).

Pensez à consulter les fiches de présentation détaillée des missions : elles sont téléchargeable en bas de la page de présentation de chaque mission.

 

Pour tous renseignements relatives à ces missions, nous vous prions d'utiliser ces mêmes adresses.

Pour tous autres informations, contactez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

 

Qu'est-ce que l'écovolontariat ?

Définition

L'écovolontariat désigne toute action bénévole de terrain (dans la nature) dans un but de préservation de l'environnement, de la protection ou de la valorisation des espèces et des habitats naturels.

C'est aussi un bon outil d'éducation à l'environnement permettant un engagement écocitoyen concret et une source d'apprentissage, d'échanges, et d'enrichissement personnel pour le volontaire. Le bénévole-écovolontaire accomplit un acte citoyen et solidaire, et par son action, il est essentiel à la bonne marche de nombreux programmes de conservation et de structures de protection/gestion de la biodiversité. En effet, les budgets octroyés pour la protection de la nature sont souvent bien maigres et les structures ont besoin de soutien.

Ouvert aux personnes de tout âge et de tout horizon, l'écovolontariat n'exige aucune compétence scientifique en biologie ou écologie (sauf parfois pour le volontariat statutaire). Chacun à son échelle peut devenir acteur de la protection de l'environnement. Cela nécessite surtout de la motivation, un esprit d'ouverture, du temps et l'envie de s'engager pour la nature.

Typologie de l'écovolontariat

On peut classer l'écovolontariat selon plusieurs catégories :

En fonction du type de projet :

 

  • Chantier nature : il regroupe 5 à 20 personnes, à une date et à un endroit donnés, pour une mission précise. La structure locale, porteuse d'un programme de conservation, définit les objectifs du chantier et décide des actions à entreprendre.
  • Mission : elle se déroule dans la durée, et vient en assistance à un programme de conservation existant. Les volontaires complètent les équipes de personnels permanents dans leur travail de tous les jours et partent aux dates où ils le désirent, selon les possibilités de la structure d'accueil.
  • Suivis réguliers ou sciences participatives : les participants sont autonomes et rejoignent un réseau d'observateurs d'un phénomène ou d'une espèce. Ils relèvent régulièrement quelques indices précis, sélectionnés par l'organisateur et envoient les résultats par Internet. L'objectif est de démultiplier les observations sur un vaste territoire.
  • Ambassadeurs de la nature : des volontaires sont formés, puis agissent en autonomie pour transmettre un message de protection de la nature ou d'écogestes. Le but est de favoriser les changements de comportements à une large échelle.
  • Opérations ponctuelles de sensibilisation : médiatisées, de courte durée et dirigées vers le grand public ou un public spécialisé (scolaires), ces projets ont pour objectif la sensibilisation à la protection de la nature et à l'écovolontariat.
  • Ecovolontariat de l'urgence : il fait appel à des volontaires expérimentés ou bien formés qui interviennent en urgence sur des missions bien spécifiques.

 

En fonction de la thématique (nature de l'action réalisée par les volontaires) :

 

  • Entretien / gestion et équipement des espaces naturels : débroussaillement, collecte de graines, plantations, fauche, restauration de berges, amélioration du paysage, poste de clôture ou de platelage...
  • Suivi et protection des espèces : observation, comptage, mise en place d'outils de protection des espèces sauvages et domestiques en voie de disparition...
  • Animation / accueil / sensibilisation en milieu naturel : sensibilisation des visiteurs, surveillance de sites fragiles...
  • Animation et sensibilisation / valorisation de la nature : création de sentiers d'interprétation, restauration de châtaigneraies...
  • Activités humaines traditionnelles favorables à la biodiversité : aide aux bergers, agriculture biologique (WWOOFING), écoconstruction.
  • Centre de soins et d'élevage avant relâcher pour faune sauvage avec relâcher : accueil des animaux, nourrissage, soins.

 

En fonction du coût :

 

  • L'écovolontariat bénévole : c'est la forme la plus courante. L'accueil du volontaire est gratuit ou bien une faible participation financière est demandée pour les frais de séjour (logement/nourriture). Cette participation ne doit en aucun cas financer la structure et le programme de conservation.
  • L'écovolontariat indemnisé : entre bénévolat et salariat, le volontariat indemnisé (= volontariat statutaire) a été défini par plusieurs lois récentes. L'écovolontariat avec contrepartie non financière, autrement dit avec avantages en nature.

 

Écovolontariat versus Écotourisme

Attention ! Le terme "écovolontariat" est parfois utilisé abusivement pour des formes de tourisme naturaliste ou participatif, qui pourrait se rattacher à l'écotourisme, souvent axé sur l'aide au développement et à la protection de l'environnement dans les pays du Sud.

L'écotourisme se distingue de l'écovolontariat par :

 

  • Un coût relativement élevé pour le participant, proche de celui d'un voyage naturaliste ;
  • L'aide concrète des participants sur le terrain n'est pas indispensable au bon fonctionnement du projet. Si les écovolontaires apprennent beaucoup, ils ne se sentent pas forcément très utiles ;
  • Un encadrement plus important : un participant en « volontariat écotouristique » est rarement en position d'autonomie ;
  • Une partie de la somme versée par le participant finance le fonctionnement des organismes locaux ;
  • Une partie de la somme versée par le participant revient à la structure d'envoi (25 à 50%, que ce soit sous statut SARL ou associatif).